La DGE dans son rapport d’activité en direction de l’entrepreneuriat, manifeste une priorité aux PME de croissance, notamment dans le numérique


« Cap compétitivité : rapport d’activité 2014, perspectives 2015 » et plus précisément les chapitres « entrepreneuriat » et « le développement des services, du commerce et de l’artisanat », DGE, non daté

Dans le chapitre entrepreneuriat

En 2014, la DGE a mis en œuvre les mesures décidées lors des Assises de l’entrepreneuriat, notamment pour améliorer le financement des entreprises de croissance et accompagner davantage les entrepreneurs dans leurs projets :

L’accélérateur pme : un projet conjoint DGE et BPIFRANCE

Celui-ci accompagne des entreprises à fort potentiel de croissance afin de leur permettre un développement sur le long terme ; pour la première promotion, en 2015, une soixantaine de PME ont été sélectionnées sur des critères de croissance du chiffre d’affaires, de l’emploi, de solidité  financière, d’intérêt technologique et/ou de présence à l’international.

L’initiative French Tech vise à faire de la France l’un des pays les plus propices à l’innovation et au développement de start-ups dans le monde­ en fédérant des écosystèmes d’innovation, en apportant un soutien aux accélérateurs de start-ups privés grâce au fonds de 200­M€ dans le cadre des investissements d’avenir­ (15­M€ sont mobilisés dans le cadre des investissements d’avenir).

des outils pour améliorer le financement des entreprises : 2 catégories d’entreprises ont des  difficultés particulières les TPE et les PME industrielles.

Le gouvernement a mis en place des outils spécifiques distribués par Bpifrance : le préfinancement du crédit d’impôt compétitivité emploi (2,4Md€ fin 2014 contre 800­M€ en 2013), les prêts de développement qui financent l’investissement des PME (1,9 Md€ en 2014).

La réforme de l’APCE : suivant les préconisations de la mission Bert-Restino, l’APCE a élaboré un projet stratégique de modèle économique reposant majoritairement sur des ressources propres en s’appuyant sur la modernisation de la stratégie de valorisation du site internet,  le développement de nouveaux services capables de générer rapidement des recettes significatives­.

 

Dans le chapitre « le développement des services, du commerce et de l’artisanat » :

– La DGE rappelle la préparation de la loi Macron (pour la croissance et l’activité­: ouverture dominicale, professions réglementées, équipement commercial), la loi relative à transparence et la qualité de la restauration.

– La DGE a réformé le FISAC, pour une efficacité plus grande :

 * en 2014, 59,9M€ ont financé au profit des TPE et en lien avec les collectivités locales, des investissements de modernisation, d’accessibilité et de sécurisation des locaux d’activité

 * en 2015, le Fisac financera deux catégories d’opérations­: les opérations collectives montées par les artisans et commerçants de proximité et des entreprises de proximité en milieu rural, qui forment le projet de s’implanter ou de se moderniser, dans des communes de moins de 3 000 habitants.

-Epareca réalise des centres commerciaux et artisanaux dans les quartiers prioritaires de la politique de la Ville (16 opérations achevées et revendues, 25 en exploitation, 34 en production), notamment pour les 5 commerces de base que sont la boulangerie, la pharmacie, le tabac-presse, l’épicerie-superette, et le bar-brasserie.

 

La DGE souligne l’importance du programme en direction des services aux personnes.