500 entreprises ont connu une croissance annuelle entre 11 et 288% entre 2012 et 2015


"Les 500 surdoués de la croissance" Les Echos week-end du 3 février 2017

« Les 500 surdoués de la croissance 2017 », une étude de statista : 10 000 entreprises (repérées dans Infogreffe, bureau Van Dick, les Echos…), au vu de leur chiffre d’affaires ont été contactées par courrier puis téléphone pour dévoiler leur chiffres; pour être éligible, il fallait avoir dépassé 100 000€ en 2012 et 1,5M€ en 2015, être indépendante, grandir principalement de façon organique et accepter de fournir des données chiffrées certifiées par le chef d’entreprise ou le directeur financier. De ces faits, certaines entreprises sélectionnées n’ont pas voulu répondre et n’ont pas été retenues.

 

Les 500 sélectionnées au final employaient 60 000 personnes en 2012 et plus de 100 000 fin 2015. Les secteurs d’activité sont multiples et pas nécessairement « nouveaux ».

Le taux de croissance annuel moyen des 50 premières s’étale entre 288% et 99%. en 2012, celui des 50 suivantes entre 99 et 71%; pour les 400 autres, il s’étale entre 71 et 36%.

 

Le nombre de salarié au démarrage: pour les 100 premières montre une répartition proche qu’il s’agisse des 50 premières ou des suivantes :  en 2012, 79% ont moins de 10 salariés, 15% de 9 à 19 salariés et 2 davantage; fin 2015, les 1-9 salariés ne regroupe plus que 29% des entreprises, alors que les 9-19 sal regroupent 23% des entreprises, les 20-49 salariés 29% et les 50 à 249 salariés 18%: l’évolution de l’emploi salarié y est importante.

En matière de localisation (siège de l’entreprise), la moitié sont en Ile-de-France (davantage dans les 50 premières, 60% contre 42 pour les 50 suivantes), suivies de 4 régions, l’Occitanie (plus présentes dans les 50 premières), Auvergne-Rhône-Alpes, Paca et Nouvelle Aquitaine.

Constats est fait au fil des années qu’une majorité de ces surdouées de la croissance s’arrête brusquement de grandir à partir d’une certaine taille. Selon le cabinet Bain, 1/6 des nouvelles entreprises de forte croissance sont encore en activité 10 ans après.

 

Selon l’un de ces « champions », la raison de ces fortes croissances tient au fait de « faire la révolution culturelle dans nos têtes »; 3 ingrédients ont permis à ces entreprises de se démarquer :

-Une équipe de direction très forte, qui a muri longtemps le projet:  « gérer une entreprise, ce n’est pas un one-man-show », une équipe complémentaire, capable de gérer des problèmes complexes

-Ouvrir le capital : « pour investir, il faut aller chercher du capital à l’extérieur

-« Pour attirer des talents dans une petite structure qui grandit, il faut associer les salariés au succès, c’est à dire partager la richesse » Les atouts de la France : avant tout la formation, notamment dans le domaine technologique, nécessaire dans un monde où les ruptures sont très liées aux technologies, puis les infrastructures, un accès au capital risque; mais il faut savoir gérer l’hyper croissance et savoir changer des taille (franchir la barre des 10 salariés, celle des 50…)