Les dirigeants de TPE et PME sont peu au fait des mesures de la loi Pacte


"La grande consultation des entrepreneurs - Vague 32 ", Opinion Way-CCI France-La tribune, septembre 2018

Méthodologie : échantillon de 601 dirigeants d’entreprise interrogé par téléphone entre le lundi 10 et le lundi 17 septembre 2018.
La représentativité de l’échantillon a été assurée par un redressement selon le secteur d’activité.

 

Les dirigeants de PME de 10 salariés et plus sont confiants dans l’avenir,mais peu au fait des mesures de la loi Pacte, mais préoccupés par la cybersécurité, alors que les dirigeants d’entreprises de moins de 10 salariés sont davantage en retrait.

 

74% des chefs d’entreprise sont confiants s’agissant de l’avenir de leur propre entreprise (-5 points seulement), mais il sont 91% pour ceux de plus de 10 salariés vs 73% pour les moins de 10.

Ils se qualifient avant tout d’optimistes (45%, -2 points) et de confiants (40%, -1 point), en particulier les chefs d’entreprises des services (52 et 45%) et ceux de 10 salariés ou plus (respectivement 59 et 55% vs 45 et 40% pour les moins de 10 salariés).

Et ce malgré une moindre confiance dans l’économie française et mondiale : moins 25 points pour l’économie mondiale (38% se déclarent confiants) et moins 29 points pour l’économie française (36% de confiants).  

 

Seuls 12% des dirigeants interrogés déclarent connaître certaines mesures de loi Pacte, même si sa notoriété est un peu plus élevée parmi les les entreprises 10 salariés ou plus (31% vs 11% pour les moins de 10 salariés); les dirigeants des entreprises de construction et de commerce sont ceux qui connaissent le moins les mesures (5%).

Mesure la plus marquante à leur sens, « la simplification de la transmission d’entreprise » (pour 6% des répondants), seuls 12% en ont entendu parler (28% pour les 10 salariés et plus).

Vient ensuite « la volonté de faciliter les formalités liées à la création d’entreprise », marquante pour 3% et connue par 9%.

 » La simplification des seuils applicables aux PME » souvent mise en avant est marquante pour 1% et connu par 5% (24% pour les plus de 10 salariés).

En conclusion, les mesures sont peu connues y compris des PME, et très peu des TPE; peut-on incriminer la faiblesse de l’échantillon et l’insuffisance à la fois de tranche de taille et de dirigeants interrogés ?

Alors que l’application du RGPD est de mieux en mieux intégrée, le thème de la cyber sécurité ne semble pas préoccuper les dirigeants de TPE puisque 21% seulement déclarent des risques liés à la cyber sécurité de leur entreprise, mais ils sont 62% parmi les 10 salariés et plus.

 

Les sources d’inquiétude principales demeurent le virus qui infecte les ordinateurs (83% les moins de 10 salariés et 68% les 10 et plus), devant l’usurpation d’identité ou une fraude (23 mais 40% pour les 10 et plus) et le vol de données présentes sur leurs serveurs (19 et 47%).

93% des dirigeants de moins de 10 salariés et 77% des 10 et plus n’ont de fait jamais été victimes, eux ou leur personnel, d’une cyber malveillance. 23% des 10 salariés et plus l’ont été (vs 7 pour les moins de 10); 15% des 10 et plus ont résolu le problème en interne et 7% en externe, vs 4 et 3% pour les moins de 10 salariés.