Réussir sa vie, c’est pour 29% le fait de créer son entreprise (15% l’ont fait ou sont en cours).


"Les Français et la réussite", Opinion Way et TEDx, novembre 2018

Méthodologie : Echantillon de 1063 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus constitué selon la méthode des quotas, au regard des critères de sexe, d’âge, de catégorie socioprofessionnelle (dont non-salariés), de catégorie d’agglomération et de région de résidence. L’interrogation sur systéme CAWI a eu lieu entre le 17 et 18 octobre.

« Sondage Opinion Way pour TEDx Champs Elysées Women».

L’intérêt de la reprise partielle de ce sondage est de situer l’opinion des Français sur le thème de la réussite, au regard des valeurs et contraintes de l’entrepreneuriat; autrement formulé, les Français pourraient-ils s’inscrire dans une démarche entrepreneuriale au regard de leurs attentes. Une limite : le fait que les items proposés dans le sondage n’aient que peu intégré la préoccupation de l’entrepreneuriat.

 

34% des Français, pensent que dans la société actuelle la création d’entreprise est un signe de réussite, mais gagner de l’argent et avoir du patrimoine passent largement devant, alors que gagner de l’argent, en termes de patrimoine personnel, est une motivation bien moins mise en avant par les nouveaux entrepreneurs.

 

⇒ 34% des Français (dont 9 tout à fait), pensent que dans la société actuelle la création d’entreprise est un signe de réussite (notamment pour les hommes de 25-34 ans avec 41%, et les 65 ans et plus avec 38% ); cet item est le dernier cité.

Sont loin devant :

-gagner de l’argent (72% dont tout à fait 22), être propriétaire (71 et 22), avoir du patrimoine mobilier (48 et 13)

-Avoir des enfants (65 et 21), être en couple (61 et 20)

-Avoir un bon diplôme (63 et 16), avoir fait une école prestigieuse (38 et 10)

-Avoir un poste à haute responsabilité (47 et 12), item qui pourrait suggérer une ouverture vers entrepreneuriat

 

⇒La question était ensuite posée en termes d’objectif de vie, avec pour partie les mêmes items. En ce qui concerne les actes qui pourraient s’inscrire dans une facilitation d’attitude entrepreneuriale,  les items sont les suivants :

-Changer de métier (32% l’ont fait, 7 sont en cours de la faire, 14 pourraient le faire)

-Accéder à un poste plus ambitieux (respectivement 23, 8, 19)

-Quitter son emploi (30, 5,11)

-Créer une entreprise (11, 4 et 14)

-et item nouveau et peu favorable à l’entrepreneuriat : rester dans un emploi confortable (30, 11 ,13)

 

En ce qui concerne les autres items, on retrouve les mêmes tendances que dans la question précédente (mais tous les items n’ont pas été proposés et d’autres ont été ajoutés) :

-La fait de gagner de l’argent, d’être propriétaire, celui du diplôme n’ont pas été posés,

-ont aussi été posés : être en couple (66, 5, 9), avoir des enfants (59, 4, 13) et un objectif personnel et prioritaire de vie ; un nouvel item le confirme sur l’importance relative du divorce, de la rupture (22, 3, 5),

-Un Item nouveau : vous lancer dans une activité sportive, culturelle…(35, 10, 13)

 

Si la question sur l’échec, qu’il faut savoir surmonter est largement exprimée, le fait qu’il ait été ou non supporté par les répondants n’a pas été posée; on en reste sur de « beaux propos ».

 

⇒ Enfin la question leur était posée des éléments qui permettraient de réussir leur vie

Les aléas pour partie « extérieurs » à la personne, tels plus de moyens financiers (50%), faire la bonne rencontre (35), avoir plus de soutien de la part de l’entourage (17) sont plus habituels.

Par contre, ce qui concerne bien plus la façon d’être de la personne, est moins cité, notamment la prise en main par soi : avoir plus de confiance en soi (35), avoir davantage de volonté (21), suivre une formation (14). Tout comme, l‘écoute et l’expérience de la vie, un atout pour réussir sa vie : bénéficier de retours d’expériences de personnes qui ont changé de vie (9), avoir un modèle qui montre la marche à suivre (8) ou encore vivre un événement qui fait déclic (divorce, licenciement…).

 

44% disent que leur réussite ne dépend que d’eux (52%les 25-34 ans), alors que 47% affirment qu’elle ne dépend pas qu’eux.